Le désert

Le désert


« On vit avec quelques idées familières. Deux ou trois. Au hasard des mondes et des hommes rencontrés, on les polit, on les transforme. Il faut dix ans pour avoir une idée bien à soi – dont on puisse parler. Naturellement, c’est un peu décourageant. Mais l’homme y gagne une certaine familiarité avec le beau visage du monde. Jusque-là, il le voyait face à face. Il lui faut alors faire un pas de côté pour regarder son profil. »
Albert Camus – « Le désert »; Noces, 1950
Ricochets

Ricochets

« J’essaie de rouvrir les vieilles sources de l’enfance. J’y trouve une fraîcheur et une détente, et dans une sorte d’invisible présence ainsi perpétuée, une vague douceur d’espérance. » Albert Samain, lettres inédites du poète.
Je crois en la couleur …

Je crois en la couleur …

“Je crois en la couleur […]. Je crois que le rire est la meilleure façon de brûler des calories. Je crois aux baisers, beaucoup de baisers. Je crois qu’il faut être forte quand tout semble aller mal. Je crois que les filles joyeuses sont les plus jolies. Je crois que demain est un autre jour et je crois aux miracles. ” Audrey Hepburn
Rue de la lune

Rue de la lune

Au gré de déambulations parisiennes, j’ai rencontré la rue de la lune. La poésie du nom m’a tout de suite charmée. J’ai appris par la suite que Lucien De Rubempré, journaliste déçu des Illusions perdues de Balzac y vivait. La coïncidence m’a séduite. Après tout, c’est à la lune que l’on demande ses illusions perdues, car le soleil ne le sait pas. Puis, en poursuivant mes lectures, j’ai fini par comprendre que le nom de cette rue ne faisait pas seulement référence à l’astre céleste, mais peut être à quelque chose de bien plus … terrestre 😉🍑

Mais, après tout, peu importe, La poésie, pourvue qu’elle soit douce, se niche dans les détails, 😁

« Souvent, j’ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot » Balzac