Couvre feu

Couvre feu

Que voulez-vous la porte était gardée
Que voulez-vous nous étions enfermés
Que voulez-vous la rue était barrée
Que voulez-vous la ville était matée
Que voulez-vous elle était affamée
Que voulez-vous nous étions désarmés
Que voulez-vous la nuit était tombée
Que voulez-vous nous nous sommes aimés..

Paul Eluard – 1942

Couvre feu

Couvre feu

Que voulez-vous la porte était gardée
Que voulez-vous nous étions enfermés
Que voulez-vous la rue était barrée
Que voulez-vous la ville était matée
Que voulez-vous elle était affamée
Que voulez-vous nous étions désarmés
Que voulez-vous la nuit était tombée
Que voulez-vous nous nous sommes aimés

Paul Eluard – 1942

Je fais ce que je peux..

Je fais ce que je peux..

Je fais ce que je peux. Avec mes silences et le reste. Avec mes peurs de bête. Avec mes cris d’enfant qui ne débordent plus. Je fais ce que je peux. Dans ce petit bain de cruauté et de lumière. Dans les éclats de sucre et de mensonge. Dans la délicatesse. Dans la violence du temps qui piétine nos rêves. Dans nos petits pataugements précieux. Un matin après l’autre. Un oubli après l’autre. Un mot sur le suivant. Je fais comme tout le monde. Avec le ciel et sans les dieux.

#throughtime #throughspace #kandinsky #imagination #free #cristalball #iamwhatiam #digitalart #digitaldrawing #procreate #procreateart #artmash

Un nuage dans mon café

Un nuage dans mon café

De la douceur et un peu de poésie pour cette fin de we .. 😊

Tout à l’heure, la nuit était pleine d’étoiles filantes.
Comme tu m’as rendu superstitieux,
je leur ai accroché quelques voeux qui ont disparu derrière elles.
Qu’ils retombent en pluie sur ton beau visage, là-bas,
si seulement, tu lèves les yeux vers le ciel, cette nuit.
Qu’ils te disent le feu, le froid, les flèches, les velours,
qu’ils te disent l’amour, pour que tu restes toute droite,
immobile, figée jusqu’à mon retour, endormie toute entière,
sauf au coeur, et je te réveillerai une fois de plus …

Correspondances . A. Camus

« Alors là, lorsque deux imaginations se rencontrent .. »

« Alors là, lorsque deux imaginations se rencontrent .. »

Le dessin a quelque chose de magique… il n’exige aucune prudence de tout genre, aucune agitation excessive, aucune bienséance, il ne s’achète pas, ne s’évalue pas, il n’est pas chiffrable, il n’a besoin ni de tableau Excel, ni de reporting pour toucher celui qui le reçoit.. il lui suffit d’un crayon, d’un peu de lumière et d’une rencontre entre deux imaginations..

Elles aussi avaient besoin d’un patronus .. 2 petites filles traversant des épreuves bien trop sombres pour ne pas y mettre un peu de lumière. Leurs patronus, estiment elles, sont respectivement un dragon et un Phoenix.. effectivement, elles sont pleines de sagesse, il faut taper fort dès le plus jeune âge 🙂